radioprecaire

L'abus de précarité est dangereux pour les journalistes

      Partager Partager

France Info : l'exception perdure


France Info : l'exception perdure
France Info est traditionnellement l'une des stations, si ce n'est la station la plus “ gourmande ” en CDD.

Avant l'accord, elle disposait de son propre volant de journalistes CDD, qu'elle gérait elle-même. Le système excluait la plupart du temps les CDD basés en région. L'autre effet pervers était de conserver les mêmes personnes pendant trois, quatre ou cinq ans et de s'en séparer du jour au lendemain de manière plus ou moins élégante. Certains CDD “ jetés ” de France Info n'avaient jamais mis les pieds en locale et n'étaient du coup pas prioritaires pour des embauches en région.

Aujourd'hui, le fonctionnement s'est assoupli, mais garde encore un caractère d'exception.France Info a un besoin quasi-permanent de remplacements en présentation ; la chaîne a “négocié” pour pouvoir disposer de cinq CDD “permanents”.

Cinq CDD à l'année, ce sont autant d'emplois cachés. A quand des embauches ?

Ces CDD se voient garantir du travail pendant un an. Après quoi, ils retournent sur le planning, et d'autres prennent le relais. L'attribution de ces “ contrats ” est décidée par la chargée de mission CDD auprès de la DRH en accord avec le secrétaire général d'Info. Concrètement, ce ne sont d'ailleurs pas des contrats d'un an, mais une exclusivité de boulot à France Info, avec l'assurance d'avoir du travail à temps plein. C'est un contrat moral passé avec le CDD.

Les autres remplacements ponctuels à France Info sont gérés comme n'importe quel contrat sur le planning, par la chargée de mission CDD auprès de la DRH.

En un an, une trentaine de journalistes du planning sont passés par la rédaction de France Info, sur des contrats de un jour à deux ou trois semaines. Le turn-over est plus important qu'avant. Les CDD qui ne sont pas basés à Paris sont défrayés, y compris ceux qui bénéficient des “contrats” d'un an.

Les cinq “CDD permanents ” bossent très majoritairement sur des postes de présentation. Les autres contrats plus ponctuels sont principalement des remplacements en reportage et au secrétariat de rédaction (les fameux lancements, poste ingrat, usant mais essentiel), et dans une moindre mesure au multimédia et en présentation.

Autre constante : les CDD travaillent beaucoup plus le week-end que n'importe quel CDI. CDD permanents ou de passage, ces journalistes sont abonnés aux nuits, aux week-ends et doivent composer avec des ruptures de rythme usantes, pour l'organisme et le moral. Un rythme que très peu de titulaires acceptent encore. Les CDD, eux, n'ont pas le choix.



Lundi 27 Juin 2011
Lu 317 fois