radioprecaire

L'abus de précarité est dangereux pour les journalistes

      Partager Partager

Tu veux tout de même pas petit déjeuner en plus?


Une journée bien remplie de CDD, ça se termine par un jeune et ça commence par un régime : pas de dîner, non remboursé et plus de petit déjeuner non plus...

Autrefois, il était possible de contourner le problème du petit dej. Un hôtelier compréhensif indiquait une note globale, comprenant nuit + petit déj. Seulement avec le changement de taux de la TVA dans la restauration, plus question de les compter ensemble.

Ironie de l'histoire, la centrale de réservation des hôtels doit toujours demander le petit déjeuner avec la chambre, consigne de la Maison Ronde. Et le CDD se retrouve dans une situation embarrassante, à tenter de négocier le retrait du petit déj, trop cher pour son budget.

Le CDD vaillant - mais affamé - commence donc bien mal sa journée. Ensuite, il doit se rendre auprès de l'agent de  gestion de la station pour se faire rembourser des frais de route, un billet de TGV. Pour les repas, il y a bien sûr les tickets resto. Mais un seul par jour ! Eh oui, à Radio France, on ne mange qu'une fois par jour...

Pour finir, il faut rentrer à l'hôtel, quand Radio France accepte de payer la chambre. « Certaines locales refusent de te payer la dernière nuit d'hôtel s'ils ont payé la première, même si tu es en reportage, que tu finis à 21h et qu'il n'y a plus de train à cette heure-là ! »

Pourtant, des solutions simples existent. Il faudrait par exemple prévoir une nuitée de plus pour ceux qui habitent loin et qui démarrent en matinale ou qui vont partir tard. Ce pourrait aussi être mieux de généraliser la réservation d'appart'hôtel pour que les CDD puissent au moins se faire cuire un plat de pâtes.

Autre problème récurrent, l'avance des frais d'hôtel. Radio France s'engage à avancer les frais pour les contrats d'une semaine et plus à ceux qui en font la demande. En réalité, « tous les gestionnaires des stations ne le font pas ». 

C'est donc à Radio France de faire une note pour rappeler aux gestionnaires qu'il faut faire des avances. C'est contractuel.
Et d'ailleurs, pourquoi la centrale de réservation ne règlerait-elle pas directement la note d'hôtel ?


Mercredi 29 Juin 2011
Lu 496 fois